Les erreurs rencontrées en audit des comptes consolidés

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Les erreurs rencontrées en audit des comptes consolidés

Mi-novembre, nous avons organisé un atelier à Waterloo sur l’optimisation de l’audit des comptes consolidés. J’ai profité de l’occasion pour interroger M. Frédéric Lepoutre, Réviseur d’entreprise et Expert-Comptable, associé au sein du cabinet BST Réviseurs d’Entreprises à Bruxelles, à propos des erreurs qu’il pouvait découvrir en phase d’audit des groupes qui consolident.

En tant qu’auditeur, quelles sont les 5 erreurs que vous constatez le plus fréquemment chez les groupes qui consolident ?

Je vois 2 types d’erreur : les erreurs techniques et les erreurs d’appréciation, d’estimation de valeur.

Parmi les erreurs les plus fréquentes :

  • Dans un contexte IFRS, en phase d’audit, on constate souvent des discussions sur la valorisation d’actifs incorporels : cela entraîne des ajustements dans les comptes consolidés.
  • Une erreur technique que je vois assez fréquemment, se rencontre dans un contexte de cession interne avec moins-value : le consolideur extourne la moins-value alors que dans certains cas, il ne faut toutefois pas éliminer celle-ci, l’actif sous-jacent ayant été cédé à sa juste valeur.
  • Dans le cas de réduction de valeur comptable dans les comptes statutaires, dans les immobilisations financières : une erreur souvent rencontrée, c’est le fait que le consolideur extourne cette réduction de valeur en consolidation, sans se poser la question de savoir si cette réduction de valeur ne doit pas être au contraire maintenue dans les comptes consolidés (amortissement des goodwills de conso)
  • Les erreurs techniques que je rencontre sont également liées à une mauvaise exploitation, un mauvais paramétrage du logiciel. Certains ajustements de consolidation sont tout simplement omis. Dans une consolidation qui n’est pas tenue avec un logiciel adéquat, cette erreur est très fréquente.
  • Une autre source d’erreurs, ce sont les ajustements. Quand on arrive en phase d’audit et que les comptes des filiales sont insuffisamment clôturés, cela engendre de nombreux ajustements de consolidation. Il s’agit donc de bien responsabiliser les entités, afin de réaliser une clôture en bonne et due forme. En effet, pour avoir moins d’ajustements en consolidation, il faut une bonne qualité au niveau des clôtures locales et une bonne qualité de remplissage des liasses.

Comment éviter ces erreurs ?

Utiliser un logiciel de consolidation permet d’éviter des soucis, à condition qu’il soit bien exploité, avec un outil extra comptable (un tableur) pour bien cadrer les sujets. Il est également important d’anticiper autant que possible les sujets difficiles avec son auditeur, pour éviter les longues discussions en période de closing.

Plus pragmatiquement, pour éviter les situations sources d’erreurs, il faut :

  • Que le groupe donne des instructions claires aux entités
  • Une bonne cellule de consolidation, bien organisée, avec des sujets bien cadrés
  • Un audit externe en local (au niveau des entités) de qualité.

Tout ceci permet de gagner du temps en phase d’audit.

Quelle est l’erreur la plus grave que vous ayez rencontrée ? Quel a été l’impact ?

J’ai eu le cas où un client avait omis d’enregistrer un amortissement de goodwill de consolidation ; l’écriture était simple en soi mais il se trouve qu’elle portait sur un montant important, qui changeait bien des choses !

Sur quels points un logiciel peut aider ?

Je dirais qu’un logiciel permet tout simplement de sécuriser l’ensemble du processus ; en tant qu’auditeurs, nous sommes rassurés lorsque nous devons auditer une consolidation réalisée sur un logiciel professionnel, il y a là un gage de qualité.

Frédéric Lepoutre est spécialisé en consolidation, normes IFRS et fiscalité d’entreprise. Membre du groupe de travail “missions spéciales” de l’IRE (Institut des Réviseurs d’Entreprises), il est chargé de cours à l’UCL, aux FUCAM, à l’ICHEC PME (PME START -comptabilité pour les créateurs d’entreprises), à l’ICHEC (droit fiscal) et intervient régulièrement lors de divers séminaires.

Share this article :
Recent articles
Intra-group transactions: identifying differences Intra-group transactions are often only thought to be part of the […]
¿Cómo pueden el Dpto. de Control de Gestión y de Consolidación complementarse para mejorar la […]