Unifier consolidation statutaire et consolidation de gestion : un déclencheur et des avantages.

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Unifier consolidation statutaire et consolidation de gestion : un déclencheur et des avantages.

Aujourd’hui, la grande majorité des grands groupes a franchi le pas en matière d’unification de la consolidation statutaire et de reporting. En revanche, on s’aperçoit que pour les groupes de taille intermédiaire n’ayant pas encore opté pour cette convergence, le sujet devient prioritaire.

Pourquoi cette évolution, cet intérêt pour une organisation et un système privilégiant un reporting statutaire et de gestion intégré unique ?

L’avantage principal de l’unification des processus, c’est une rationalisation de la production des informations financières qui permet d’améliorer la rapidité des travaux et la qualité des données tout en limitant les coûts et les efforts. Et, inconsciemment, il y a un parallèle qui est fait entre la production rapide et efficace de ces informations et la performance générale du groupe : une direction financière qui fournit très rapidement ses résultats donne l’image d’un groupe en avance dans son secteur, dont tous les process sont performants. Les travaux des directions financières sont une des  vitrines du groupe.

Mais il ne faut pas se focaliser sur cet aspect, car ce serait ignorer d’autres aspects majeurs, qui justifient l’attrait que représente l’unification de la consolidation statutaire avec la consolidation de gestion.

Un contexte déclencheur

Nos équipes interviennent fréquemment dans la mise en œuvre de projets d’unification des process. Et nous nous apercevons qu’il existe en fait un contexte déclencheur, provoqué par une ou plusieurs des trois situations décrites ci-dessous :

  1. La direction financière du groupe est confrontée à un accroissement de la demande d’informations financières et d’informations opérationnelles, qui émane du top management, des directions opérationnelles, des actionnaires, des banques, des régulateurs … Elle doit produire toujours plus d’informations, avec une exigence de qualité accrue et des échéances rapprochées.
    Au-delà des reportings statutaires obligatoires, les groupes sont de plus en plus nombreux à opter pour un reporting mensuel, plus en phase avec la réactivité demandée aux équipes opérationnelles qui doivent prendre les bonnes décisions dans un contexte sans cesse mouvant. Dans une même perspective, le reporting prévisionnel (budget / forecast) est de plus en plus utilisé, pour améliorer l’anticipation.
  2. Le directeur financier se retrouve à fournir de plus en plus de types de reportings : fiscal, environnemental, prévisionnel, reporting de trésorerie, reporting de gestion, … Un process non unifié entraîne des saisies multiples puis un lourd travail de réconciliation pour garantir la cohérence des données et des informations. Et l’architecture technique se complexifie rapidement.
  3. Le système d’information (S.I.) dans l’entreprise n’est plus à niveau. Le groupe a évolué au cours des derniers mois, des dernières années et le système d’information n’a pas suivi. La direction financière se retrouve avec un S.I. qui est un frein : système peu évolutif, plusieurs systèmes qui coexistent pour fournir l’information, une architecture difficile à maintenir (versions), et des problématiques de performance. Le risque, pour la direction financière, est alors de ne plus être en mesure de fournir l’information demandée en temps et en heure.

D’où le projet de nombreux Groupes d’opter, si ce n’est déjà fait, pour une unification des processus de production des comptes consolidés et du reporting.

Les avantages

L’objectif ultime de l’unification de la consolidation statutaire et de la consolidation de gestion est donc d’améliorer l’efficacité des fonctions finance. Le contrôle interne s’en trouve également amélioré et les délais de clôture raccourcis.

Voici une liste non-exhaustive des avantages que l’on retire suite à la mise en place d’un système unifié :

  • L’information produite est de meilleure qualité, car elle provient d’une source unique et fiable
  • L’information fournie est basée sur les mêmes hypothèses et avec la même méthodologie : les indicateurs financiers gagnent en cohérence
  • Les informations sont accessibles plus rapidement : on a un canal unique de traitement et de production. Cela limite les contrôles, les rapprochements et on a toute l’information dans un seul outil.
  • C’est l’occasion de rationaliser son organisation : on crée des fusions au sein des équipes
  • Une équipe plus unifiée permet de lisser les travaux sur l’ensemble de l’année et d’éviter les pics d’activité.
  • On réduit les efforts de production : les saisies redondantes sont supprimées au profit d’une saisie unique, plus riche
  • L’effort que le groupe demande à ses filiales est plus rationnel et moins lourd
  • Le fait d’avoir un seul outil informatique réduit les coûts de licence et de maintenance, que l’on aurait en gardant plusieurs outils

 

En termes d’organisation, au niveau du groupe tout entier, l’unification présente également un progrès :

  • On a plus de cohérence dans les demandes aux filiales et entités du groupe : les entités ont un seul interlocuteur auquel faire remonter de l’information
  • Une fois qu’on a unifié l’équipe, on fournit un seul reporting à tous les opérationnels, au management (ceux-ci bénéficient d’un format de reporting cohérent, plus simple à analyser)
  • Le groupe bénéficie d’une cellule unique de production et d’analyse des données rapportées.
  • Le rôle de business partner du DAF s’en trouve renforcé

 

Les avantages sont donc clairs. En revanche, prendre la décision d’aller vers une unification de la consolidation et du reporting est un choix structurant.

Nous verrons les enjeux et les bonnes pratiques à observer dans un prochain article.

 

Contributeur : Benjamin Steadman, Senior Manager, CFO Services, Deloitte Conseil

Benjamin Steadman a rejoint les équipes conseil de Deloitte France début 2012 après plusieurs années en cabinet et dans les équipes conseil de Cartesis, éditeur de BFC (ex-Magnitude). Il dirige aujourd’hui des projets d’amélioration des fonctions reporting et consolidation de Groupes français et internationaux. Il est spécialisé dans l’optimisation des processus (Fast-close, unification des reporting statutaire et gestion, rapprochement/réconciliation IG,…) et dans la mise en place ou la refonte des systèmes d’information de reporting consolidés.

Share this article :
Recent articles
Intra-group transactions: identifying differences Intra-group transactions are often only thought to be part of the […]
¿Cómo pueden el Dpto. de Control de Gestión y de Consolidación complementarse para mejorar la […]