COVID-19 versus CFO-2.0 ou la gestion financière en temps de crise

5 conseils pour les DAF et leur organisation.

Bannerswebsite 25 716x311

Cet article est paru dans le numéro de mai 2020 d’Agefi Luxembourg. Se connecter au site pour lire l’article dans son intégralité.

Dans toute pandémie, le risque suprême est que le virus mute de manière incontrôlable et se propage entre organismes étrangers. Le Coronavirus a réussi à passer des personnes physiques aux personnes morales en infectant aussi leur santé, mais cette fois-ci financière.Les entreprises qui n’ont pas ou peu investi dans la digitalisation de leurs processus de gestion sont les plus exposées à la contamination et risquent de souffrir plus sévèrement des symptômes de manque de réactivité, d’agilité, de visibilité et de projections… Des éléments pourtant plus vitaux que jamais.

Fin avril, trois experts en la matière se sont réunis pour nous livrer leurs recommandations et nous permettre de prémunir nos organisations face aux menaces à venir, d’anticiper autant que possible et faire des finances un outil de prospective qui soutient et guide l’opérationnel.

Autour de la table, mais tout de même à bonne distance : Alex Dossche, Managing Director de Sage Belux, leader des solutions de cloud computing dans les domaines de la comptabilité, des paiements et de la gestion de PME ; Dominique Galloy, Managing Director de Sigma Conso qui propose des solutions complètes de corporate performance management à destination de groupes internationaux ; et Reginald Nobels, Associate Director chez EMAsphere, un éditeur de solutions de business intelligence dédiées à l’analyse et aux prévisions, tant financières qu’opérationnelles, des entreprises.

Voici les 5 axes de réflexion qu’ils proposent :

  1. Se concentrer sur le flux de trésorerie
  2. Disposer de données en temps réel et de rapports détaillés
  3. Faire des prévisions et penser à tous les scénarios : « what if ?»
  4. Conseiller et oser remettre la stratégie en question
  5. Utiliser les nouvelles technologies à son avantage et passer à la digitalisation

Même si personne ne pouvait prévoir la situation que nous traversons actuellement, les entreprises qui sont capables d’anticiper grâce à l’établissement de scénarios catastrophes, se situent en bien meilleure position pour faire face à la crise et en sortir moins impactées. « Lorsqu’on prend en compte de tels cas de figure, il est important de ne pas se limiter aux données financières, mais d’aussi considérer les données opérationnelles, voire les événements extérieurs qui relèvent plutôt de la géopolitique : pensez au Brexit ou aux tensions sino-américaines. Tenir compte de ces situations (im)probables est bien sûr tout sauf évident, ce qui ne fait qu’accroître l’importance des données en temps réel ainsi que des scénarios et pronostics qui doivent être adaptés rapidement à la situation. », nous explique Dominique Galloy, Managing Director de Sigma Conso.

Les trois experts parlent d’un seul homme : digitaliser la gestion n’est pas une fin en soi. Faire des affaires, c’est d’abord et avant tout prendre les décisions les plus éclairées possible, rapidement et fermement. Ces décisions ne peuvent être prises que sur base d’informations de qualité qui, elles-mêmes, sont issues de données fiables et croisées. Si la santé des personnes physiques face au COVID-19 passe par des mesures de protection et de distanciation, il est de même pour les personnes morales dont le meilleur antidote contre la crise est le CFO 2.0, un professionnel équipé, avisé et visionnaire.

Vous trouverez l’article dans son intégralité sur le site de l’Agefi.