La gestion de la performance: vers de meilleures décisions…

La gestion de la performance: vers de meilleures décisions…

La finalité de la présentation du Prof. Van Nieuwenhuyse était de parcourir les d’outils qui existent, destinés à appuyer le processus décisionnel en entreprise, l’idée étant que se contenter de regarder le passé ne suffit plus, et qu’il est crucial de savoir où l’on va.

Tout d’abord, une tendance se dessine depuis plusieurs années : le processus décisionnel se rapproche de plus en plus de la Direction Financière.

Jusqu’à tout récemment, la prise de décision dans l’entreprise se prenait en se basant sur les données du passé. Mais aujourd’hui, les directions financières ont besoin d’une vue complète, et c’est là que les applications de planning et d’élaboration budgétaire sont utiles.

En effet, se baser sur le passé et les performances passées n’est pas suffisant – il est connu que les performances passées ne sont en aucun cas des indicateurs de performances futures. Le planning et le budget aident à indiquer la direction à prendre.

Les frustrations rencontrées par les directions financières sont de trois ordres :

  • Un manque de visibilité : comment la direction financière peut-elle avoir une vision complète de la performance de toute l’organisation ?
  • Un manque de prévisibilité : comment fixer des objectifs à l’ensemble de l’organisation et planifier les moyens d’y parvenir ?
  • Un manque de responsabilité : comment attribuer des indicateurs de performance aux collaborateurs opérationnels ? Les cadres intermédiaires ont de plus en plus de responsabilités.

On comprend alors rapidement qu’il est clé de relier le passé, le présent et l’avenir :

Toutefois, selon l’endroit où l’on se situe dans la pyramide des responsabilités, les besoins d’information sont différents et avec un niveau de granularité lui aussi différent.

On comprend donc aisément le besoin de fournir le bon support dans le bon format à la bonne personne au bon moment.

Dans la vie quotidienne, nous sommes de plus en plus habitués à être dirigés et prévenus en temps réel de dangers ou d’événements futurs probables.
Il en est de même pour notre relation à l’information concernant l’entreprise.

Pour être optimale, l’infrastructure logicielle mise en place doit couvrir 4 types d’informations :

  • L’information financière (concerne les données actuelles, le présent)
  • L’information économique (ou business intelligence) : porte sur les données du passé
  • L’information stratégique (concerne l’avenir)
  • Les informations analytiques : il s’agit d’une analyse du passé pour annoncer l’avenir.

La gestion de la performance consiste à coordonner tous ces aspects : pour y répondre, il faut sélectionner les bons logiciels, dont les fonctions sont de collecter, analyser, visualiser et comparer les données.

Et c’est là où il importe de bien coordonner l’implémentation du logiciel de consolidation pour assurer une bonne collecte des données, avec la mise en place d’une application de visualisation des données pour faciliter la prise de décision (une nouvelle qualification se développe de nos jours, celle de « report designer », dont le rôle est de mettre en valeur l’information recherchée) : une visualisation multidimensionnelle des données (selon différents axes (slide and dice), descendre dans l’information, etc.) facilite la prise de décision.

Les logiciels décisionnels doivent également permettre de créer des rapports programmés, à la demande, des rapports d’alerte, et des rapports qui permettent de visualiser un processus ou de faciliter une analyse rapide des données chiffrées.

En conclusion, il s’agira de modéliser les éléments clés du processus de prise de décision qui sont :

  • La collecte d’information
  • La comparaison
  • La vision multi-dimensionnelle
  • L’analyse

La coopération entre ces différents éléments permettra de véritablement comprendre les relations de cause à effet au sein des processus de l’entreprise, de pouvoir prendre des actions correctives et de modéliser les interactions entre les décisions et leurs effets.

Enfin, comme Albert Einstein lui-même nous l’enseigne, la compréhension des rouages de l’entreprise et des conséquences d’événements internes et externes à l’entreprise nous permettra de mieux en évaluer les impacts, corriger nos actions et anticiper la survenance d’événements.

“You have to learn the rules of the game. And then you have to play better than anyone else.”

– Albert Einstein

Partager l'article :
Articles récents
Academy : bilan 2016 et le programme pour 2017 Sigma Conso propose tout au long […]
Les opérations intragroupes : comment identifier les écarts ? Les opérations intragroupe sont souvent considérées […]